Un Noël éco-responsable passe aussi par le choix du sapin

sapin de noël éco responsable

Le sapin de Noël incarne les fêtes de fin d’année : on le décore en attendant de pouvoir y déposer les cadeaux. Synthétique, naturel, fait main… Dénicher le sapin parfait tout en respectant l’environnement, c’est possible

Plus de 5,8 millions de sapins de Noël naturels sont vendus chaque année en France selon l’étude Kantar de 2020 . Le Nordmann, qui ne perd pas ses aiguilles et l’Épicéa à la bonne odeur, sont les premiers choix des foyers français, devant le sapin synthétique.

sapin de noël éco responsable

Le choix du local

Le cycle de vie d’un sapin de Noël de taille moyenne est de 7 à 10 ans, alors qu’il n’est utilisé que quelques semaines. Il est donc légitime de se demander si la tradition peut vraiment justifier cette pratique. Quels sont les impacts environnementaux du sapin de Noël ? Il faut, tout d’abord, être vigilant à son origine : de quelle manière et où a-t-il été produit ? Pour garantir de satisfaire la forte demande française, certains commerçants font le choix de l’importation. Ayez donc le réflexe de vous renseigner sur leur provenance. 

L‘Association Française du Sapin de Noël Naturel (AFSNN) promeut l’achat de sapins naturels français, issus d’une production agricole « raisonnée et contrôlée ». En effet, contrairement aux idées reçues, le sapin de Noël naturel n’est plus arraché sauvagement dans la nature. La grande majorité des sapins est cultivée sur une vaste superficie (environ 5 000 ha en France sur 46 départements) Les principales régions productrices sont le Morvan, la Corrèze, le Limousin, le Jura et les Ardennes.

Près de 80 % des sapins naturels qui sont vendus en France sont cultivés en France.
Plusieurs variétés de sapins sont cultivés et proposés sur le marché (Nobilis, Pungens, Omorika) mais les plus populaires sont le Nordmann, sapin préféré des Français avec plus de 78,3 % des parts de marché en volume et l’Epicéa (18,6 % du marché) qui est de moins en moins acheté. Si le Nordmann est plus résistant dans le temps, il est aussi plus cher  que l’Epicéa qui a le mérite d’apporter une odeur de sapin irremplaçable dans la maison. Malgré son odeur irremplaçable et ancestrale qui rappelle les fêtes de Noël, l’épicéa perd une grande partie de ses aiguilles au bout de deux semaines (d’autant plus si la température de la pièce est élevée), c’est pourquoi cette espèce a perdu beaucoup de terrain face au sapin de Nordmann, “l’espèce la plus achetée par les Français en raison de son beau vert luisant, de ses aiguilles souples qui ne piquent pas et surtout qui restent longtemps sur l’arbre”

La plantation de sapins permet donc de revaloriser certains sites délaissés, des friches non exploitables. Ainsi, ce sapin de Noël n’entraîne pas de déforestation, puisqu’il est cultivé spécialement pour l’occasion.

sapin de noël éco responsable 1

Se fier aux labels 

L’élevage de sapins étant une activité agricole, des labels permettent au consommateur de se repérer de la même manière que pour les légumes ou le fromage. Fleurs de France garantit l’achat d’un sapin produit en France par des pépiniéristes engagés dans une “démarche éco-responsable ou de qualité reconnue”, comme le souligne son site Internet. Plus qu’un label, Plante Bleu c’est la “certification nationale de référence” qui permet de s’assurer que le sapin a été produit de manière éco-responsable. 

Chaque année, sitôt les fêtes passées, on range les décorations. Mais le sapin, que devient-il ? Des filières de recyclage se multiplient pour donner une seconde vie au roi des forêts.

Broyat de sapin, paillage, plantation de jardin, protection des dunes… Les arbres trouvent une seconde utilité. « Fini les sapins mélangés avec les autres déchets dans les sacs poubelle ! » se réjouit Frédéric Naudet, président de l’association française du sapin de Noël naturel« La tradition du feu de sapin en janvier s’est perdue au fil des années ».

Désormais, les sapins naturels sont collectés par de nombreuses municipalités et communautés d’agglomérations. « Il suffit de déposer son sapin dans un espace dédié. Ensuite, les épineux sont broyés sur place pour limiter le transport. » Ce procédé permet de faciliter la vie des habitants et de lutter contre les dépôts sauvages.

Une tonne de sapins permet de produire 300 à 400 kg de compost. Le dispositif permet un retour à la terre des déchets : au lieu d’être incinérés, ils produisent un amendement qui enrichit les sols. Une autre partie est transformée en bois de chauffage.

Le broyat de sapin est utilisé dans les espaces verts municipaux : il permet de protéger les sols et plantations de l’évaporation de l’eau et du froid. Avec son acidité, il fonctionne comme un désherbant naturel.

Seule restriction : les sapins avec flocage (c’est-à-dire de la neige artificielle) ne peuvent pas être recyclés.

sapin de noël éco responsable 2

Autre solution pour avoir un sapin de Noël naturel, vous pouvez toujours faire le choix de la location, ou plutôt de l’adoption avec Treezman. Ce site vous permet d’adopter un sapin pour Noël, il vous est livré en pot et une fois les festivités terminées, l’équipe de Treezman vient le chercher lui permettant de trouver une seconde vie. 

Préférer les sapins naturels, c’est participer à la lutte contre le réchauffement climatique : en poussant, les arbres stockent du carbone. De plus, ils sont recyclables sous diverses formes.

Le sapin synthètique

 Le sapin synthétique a tout de même la cote : une fois les festivités terminées, pas de question à se poser, il est replacé dans son carton et peut être stocké jusqu’à l’année suivante.

 En 2019, seulement 16 % des Français avaient choisi le sapin artificiel (qui imite le sapin naturel dans sa texture et ses couleurs). Il dure effectivement plus longtemps que le sapin naturel, mais pas suffisamment pour présenter un avantage sur le plan environnemental, puisque les Français le changent en moyenne tous les trois ans (et produisent ainsi beaucoup de déchets !) alors qu’il faudrait le garder au moins 20 ans pour limiter son impact environnemental selon l’ADEME. Il ne s’agit donc pas d’une solution plus écologique.

Un arbre naturel de taille moyenne (de 2 à 2,5 mètres de haut, âgé de 10 à 15 ans) a une empreinte carbone d’environ 3,5 kilogrammes d’équivalent de dioxyde de carbone (CO2e), ce qui équivaut à parcourir environ 14 kilomètres en voiture.

Cette empreinte augmente considérablement si l’arbre est envoyé à la décharge. Lorsqu’il se décompose, il produit du méthane, un gaz à effet de serre plus puissant que le dioxyde de carbone, et génère une empreinte beaucoup plus grande – près de 16 kilogrammes d’équivalent CO2. Si l’arbre est composté ou recyclé, une pratique courante dans de nombreuses grandes villes – l’empreinte environnementale reste faible.

Par comparaison, un arbre artificiel de deux mètres de haut a une empreinte carbone d’environ 40 kilogrammes d’équivalent CO2 basée uniquement sur la production des matériaux.

De plus, un sapin artificiel est fabriqué avec des matières premières non renouvelables, comme le plastique, produit à partir du pétrole. Différents types de plastiques sont utilisés pour produire des arbres artificiels. Certains, comme le chlorure de polyvinyle, sont très difficiles à recycler et devraient être évités. Les arbres en polyéthylène, qui ont tendance à paraître plus réalistes, ont des prix plus élevés.

Le sapinn’est pas biodégradable et son incinération en fin de vie dégage des vapeurs nocives pour l’environnement et l’être humain. Enfin, son transport nécessite une grande quantité de ressources puisque La grande majorité des arbres artificiels sont produits en Chine, à Taiwan et en Corée du Sud. L’expédition à partir de ces usines éloignées augmente l’empreinte carbone des arbres.

Un arbre artificiel doit être réutilisé pendant 10 à 12 ans pour correspondre à l’empreinte d’un arbre naturel qui est composté à la fin de sa vie. Même dans ce cas, le recyclage des matériaux des arbres artificiels est si difficile que ce n’est pas une pratique courante. Certains vieux arbres peuvent être réutilisés, mais la plupart des produits artificiels finiront dans un site d’enfouissement.

Si vraiment vous optez pour un sapin artificiel, prenez-le de bonne qualité afin de le conserver le plus longtemps possible, vous réduirez ainsi votre production de déchets !

sapin de noel eco responsable 3

Faire son sapin soi-même : quelques idées

Pour les créatifs, il existe mille façons de concevoir soi-même son sapin de Noël sans causer de dommages à l’environnement. Ainsi, Déconome ou l’agence My Home Design proposent de très nombreuses astuces sur leurs blogs pour créer un sapin avec les moyens du bord : en collant des enveloppes au mur ; en dessinant un sapin avec du masking tape, ce fameux ruban autocollant, uni ou à motifs, qui se décolle et se recolle à l’infini. Vous pouvez également le dessiner avec des punaises et une longue guirlande électrique, des photos agencées pour former un sapin, des ficelles, du carton peint, du bois, des livres, coller un sapin adhésif au mur…

Rien ne vous empêche non plus d’élire une plante verte de la maison pour la décorer, de former un sapin en empilant des canettes ou des bouteilles de verre (vertes !), de l’agencer avec du papier journal, etc. Vous aurez forcément une idée lumineuse… et respectueuse de l’environnement !

Doué de vos dix doigts, vous cherchez des idées pour fabriquer un sapin de Noël en bois DIY et comme vous avez raison ! Pour ce faire, il existe plusieurs façons de procéder et voici nos préférées. 

Un sapin de Noël en bois de palette

Source quasi inépuisable d’inspiration, propice au recyclage et à l’upcycling, la palette en bois peut servir à faire des meubles mais pas que. Afin de réaliser un sapin avec du bois de palette, il vous faudra désosser cette dernière pour en récupérer les planches. En prenant soin de garder une latte normale de côté, découpez-en dix autres à la taille souhaitée. Et fixez-les, de la plus grande en bas à la plus petite en haut, sur la latte avec de la colle à bois. Mais vous pouvez aussi conserver la palette en l’état et dessiner, peindre ou bomber un sapin dessus

Un sapin de Noël en bois flotté

Une fois votre bois flotté ramassé, taillez-le de la même façon que précédemment pour former un sapin et accrochez les morceaux de bois flotté entre eux avec de la corde ou du fil de pêche. Suspendez-le ensuite au mur à l’aide d’un crochet fin. Ajoutez des guirlandes et boules de Noël et le tour est joué, 

sapin de noël éco responsable 4

Un sapin de Noël en branches de bois

Pour ce dernier Do It Yourself, qui peut aussi être fabriqué à l’aide de rondins de bois, on vous laisse le soin de consulter ce tuto sapin de Noël en bois joliment réalisé par l’artiste visuel Julie Schwob :

Sapin de Noël en bois à faire soi-même : le tuto facile

Par manque de temps ou par flemme (on ne vous jugera pas, proOù acheter un sapin de Noël en bois pas cher ?mis), sachez que les grandes marques de déco, de loisirs créatifs sans oublier les sites marchands que l’on connaît tant ont imaginé des sapins de Noël en bois prêts à l’emploi et pas chers. Sapin de Noël en bois IKEA, Cultura, Maisons du Monde, GiFi, Amazon… Il y a l’embarras du choix. Et une fois adopté, vous pourrez laisser votre sapin de Noël en bois nu ou le décorer comme un vrai !

Pour recevoir des informations sur ce sujet et d’autres semblables, abonnez-vous à notre gazette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *